Ligne Maginot - Ouvrage A10 Immerhof
Ligne Maginot - Ouvrage A10 Immerhof

Caporal-Chef Raymond DACH
Ancien de l'Ouvrage Immerhof - Electromécanicien du 2ème Génie


   Le Caporal-Chef Raymond DACH (2ème Génie), ancien chef de quart électromécanicien, est le dernier des anciens d'Immerhof.

 

   Né en 1914 à Moscou d'une famille d'industriels français qui a dû fuir en 1920 la révolution russe, il a grandi à Paris. Après de brillantes études à l'Ecole Spéciale d'Electricité et de Mécanique, il décroche le titre d'ingénieur, métier qu'il exercera dans diverses entreprises.

 

   Le service militaire en 1935 puis la guerre le rattrapent. Il est chargé dans un premier temps de la maintenance des équipements électro-mécaniques de divers ouvrages, abris et casemates du Secteur Fortifié de Thionville puis, la mobilisation de 1938 venue, il est affecté à l'usine de l'ouvrage Immerhof sous les ordres de l'adjudant Branet. Le 6 septembre 1939, dernier arrivé à l'ouvrage après des péripéties administrative, le commandant d'ouvrage le reçoit sur ces mots : "Eh bien Dach, on n'attendait plus que vous pour commencer la guerre !".

 

   Les mois de la drôle de guerre seront plus ennuyeux les uns que les autres jusqu'à l'invasion allemande, au matin du 10 mai 1940. L'ouvrage est régulièrement bombardé, mais Raymond Dach, qui officie dans son usine au centre de l'ouvrage, n'est directement concerné que lorsqu'il s'agit d'effectuer des colmatages ou diverses réparations. Son premier choc sera la mort du Caporal André Rabu le 14 juin 1940 à l'extérieur de l'ouvrage. Il est très affecté également par les 72 hommes qui quittent l'ouvrage le 15 juin sur ordre du commandement, puis par l'armistice qui entre en vigueur le 25 juin. Pendant les jours qui suivent, il procède à différents sabotages dans les blockhaus alentour. Le 30 juin, le reste de l'équipage se rend sur ordre. Metz, Nancy, Stargard en Poméranie. Raymond Dach passera ses années de captivité en travaillant dans diverses fermes au service des Allemands jusqu'à sa libération par les Russes le 6 mars 1945.

Il incorpore alors l'Armée Rouge en tant qu'interprète jusqu'à ce qu'il rejoigne les lignes américaines le 7 juin 1945. Nul ne sait ce qu'il serait advenu de lui si les Russes avaient découvert sa naissance à Moscou. Son retour en France constitue une véritable épopée !

 

   La vie de Raymond Dach, de sa naissance à son retour en France en 1945, est racontée dans l'ouvrage biographique de son fils "Le jour où j'ai fait une tache sur mon passé".

 

   Il a fait à l'association l'honneur de sa visite à plusieurs reprises malgré le poids des années, et Le Tiburce lui adresse à ce titre sa plus grande reconnaissance.

 



Site en ligne depuis le 02/02/12

 

Dernière mise à jour :

le 04/04/17 à 13h55

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Association Le Tiburce

Site créé avec 1&1 MyWebsite.